Le Pervers narcissique


A l'heure où les solidarités se délitent, où règne la loi du plus fort et du plus riche, les pathologies narcissiques explosent... Pervers narcissiques, prédateurs sont présents un peu partout autour de nous. Difficile de s'en protéger car on ne perçoit pas la manipulation...


Le psychiatre Jean Cottreaux vient de publier un ouvrage remarquable "Tous narcissiques ?" aux éditions Odile Jacob. L'occasion de brosser en 20 points le visage du pervers narcissique si bien décrit sur le site © https://leperversnarcissique.wordpress.com


Voici comment reconnaître ces prédateurs et s’en éloigner. Si vous sortez d’une relation avec un PN, vous avez une longue route devant vous pour retrouver votre estime, votre confiance en vous et en la vie ainsi que pour recoller les morceaux de votre cœur qui a été piétiné par ce sinistre individu. Le pervers narcissique n’a ni remords, ni empathie, il ne ressent rien pour cette personne qu’il a ruinée dans tous les sens du terme.


1. Il se présente comme « l’âme sœur » : tel un chevalier sur son cheval blanc, le pervers narcissique semble correspondre en tout point à l’idéal de sa victime. Il partage les mêmes valeurs, les mêmes objectifs de vie, la même philosophie, les mêmes goûts. Dans un premier temps, il est admiratif de tout ce que sa cible fait, il aime son intelligence, sa vivacité d’esprit, son ambition, son honnêteté et sa sincérité. Il propose rapidement, en fait il précipite, le mariage ou une vie commune. Il semble serviable, généreux, digne de confiance. Attention, si quelqu’un s’impose dans votre vie, quasiment du jour au lendemain, que vous avez l’impression de ne plus pouvoir faire un pas sans que cette personne soit aussi présente, qu'il vous couvre de cadeaux et de messages, qu'il impose en quelques semaines une relation fusionelle, vous avez un manipulateur ou un pervers narcissique qui rôde autour de vous comme un oiseau de proie. Juste après avoir vu l’engagement de sa victime dans la relation, le pervers narcissique tombe le masque. La victime se rendra compte souvent bien plus tard, trop tard qu’elle a été bernée, exploitée, trompée. Le pervers narcissique l'a pillé de ses activités, de ses relations, de sa vitalité, de son énergie. Il va dérober tout ce qu'il peut lui dérober. Bref, le pervers narcissique est une vraie fraude. La victime est tombée amoureuse de ses propres rêves, le prince charmant du début n’a jamais existé. L’abus est émotionnel car le PN séduit par les sentiments la victime avant de l’abandonner pour s’intéresser à sa prochaine « âme sœur » qu'il pourra à son tour utiliser, piller et abandonner sur le bord de la route.


2. Le double visage : le pervers narcissique a deux visages. Un pour vous, la victime, et l’autre pour l’extérieur. La victime est la seule à voir le vrai visage du démon. La première fois qu’elle le voit, c’est quand le PN sent que le moment est venu de tomber le masque. La victime est amoureuse de lui, ou elle est suffisamment prise dans sa toile pour qu’il puisse relâcher la pression. Il passe d’un masque à l’autre à la vitesse de l’éclair, d’une minute à l’autre en fonction des circonstances. Il utilisera cette capacité de transformation pour faire passer sa victime pour folle par exemple. Et d'ailleurs elle même a l'impression de le devenir folle, totalement décérébrée par une situation toujours paradoxale. Peu à peu, elle est la seule à douter, à ressentir confusément que quelque chose cloche. Or, comme il passe pour un ange auprès des autres, personne ne croira la victime quand elle livrera sa vérité. Si encore elle parvient à voir la vérité, hypnotisée et engluée dans l'univers du PN


3. Le mensonge pathologique : toujours très convaincant et trompeur à souhait, le pervers narcissique est un menteur pathologique. Il créé des diversions, diffuse des demi-vérités, il bluffe ou encore menace sa victime quand elle le questionne. Il nie les évidences et se contredit lui-même. il ment sur l’amour qu’il ressent, sur ses regrets (il n’en a aucun, jamais), sur le changement qu’il va opérer. Tout ce qu’il est n’est que mensonge. Ses personnalités sont des mensonges. C’est le mensonge incarné. Il ne cesse de se vanter, enjolivant à qui mieux-mieux ses exploits sportifs, artistiques ou professionnels. Il a tout vu, tout fait, il est le meilleur en tout... Et il le fait savoir. il adore aussi être vu admiré. C'est le roi du discours. Il se précipite pour prendre la parole en public dès que possible : réunion familiale, professionnelle, enterrement... Même s'il n'a vu que deux fois le défunt dans sa vie. Il aime se faire valoir au dépens des autres même du malheur des autres.


4. Le pervers narcissique est d’accord avec tout ce que vous dites puis fait tout le contraire de ce qui était prévu. Qu’il s’agisse de mariage, d’accords pour la garde des enfants, d’un simple échange social, tout ce qui a été conclu sera balayé d’un revers de la main et uniquement à son avantage. Il retournera ensuite la situation contre vous en vous accusant d’être la personne malhonnête qui a brisé le contrat. Le pervers narcissique adore se faire passer pour la victime. Il fait des promesses qu'il ne tient jamais. C'est bien connu, celles ci n'engagent que ceux qui y croit.


5. La poudre aux yeux : il grimpe les échelons de la société à coups de couteau dans le dos ou en utilisant des personnes et leurs relations qu'il croise sur son chemin. Il n’a aucune limite dans son ambition. Sa famille n’est qu’une vitrine de son succès. Fondamentalement il s'en fout. Le pervers narcissique aime la poudre aux yeux. Il est certes intelligent, charismatique et très éloquent dans son domaine d’activité mais très souvent, il exagère ses compétences et ses références professionnelles. Il ment comme il respire. Il utilise la manipulation pour asseoir son pouvoir sur les autres d’une main de fer. Il exploite ses proies dans le seul but d’atteindre ses objectifs, qui varient en fonction des opportunités. Ce sont les autres qui portent le poids de ses échecs, qu’il s’agisse de ses amis ou de ses collègues. Le pervers narcissique est toujours paranoïaque et s’éclipse rapidement si jamais les choses tournent mal. Il n’assume JAMAIS les conséquences de ses actes et se contente de disparaître.


6. La sexualité déviante : le pervers narcissique est souvent un hypersexuel. Sa sexualité présente presque toujours un côté déviant. Dû au climat incestuel dans lequel ils ont grandi et parce qu’ils n’ont aucune empathie, aucun respect des limites, un grand nombre de PN peuvent devenir des parents incestueux ou à tout le moins symboliquement


7. La victimisation permanente : le PN blâme toujours les autres pour ses propres fautes. C’est un maître de l’identification projective. C’est lui qui est victime de sa victime. Tout ce qu’il lui fait subir est systématiquement inversé et reproché à la victime. Il se présentera à vous, par exemple, comme un père de famille exemplaire, victime de l’indifférence de sa première femme, de l'hystérie ou de la jalousie de sa maitresse, de l'ingratitude d'un collaborateur. Et bien sûr, vous le croyez.


8. La violence :Sur le point d’être démasqué, le pervers narcissique doit faire monter la pression d’un cran. Une fois sûr que sa victime a compris qui il était et a l’intention de le dénoncer à son entourage, le PN peut véritablement devenir imprévisible et se transformer en harceleur, jeter sa victime à la rue, la faire disparaître physiquement et psychologiquement.


9 Le contrôle et la manipulation : le PN dresse les uns contre les autres (ses enfants contre sa nouvelle compagne, ses salariés ou amis entre eux, il divise pour mieux régner, instille le doute dans les esprit. Il contrôle sa victime. Il la met sous dépendance totale, y compris financièrement pour qu’elle devienne sa prisonnière. Il n’hésite pas à s’approprier les revenus de sa victime (ou de ses victimes) tout en faisant croire que c'est lui qui est "spolié". Le PN est un maniaque de l’argent, un autre moyen de contrôle d’autrui. Profondément radin, ses actes de générosité ne sont qu'un investissement sur l'avenir : créer l'emprise, conquérir de nouveaux clients, épater la galerie. Lorsqu'ils passeront à la caisse, les "bénéficiaires" devront rendre au prix fort, les "cadeaux" du PN. Le PN ne donne jamais rien gratuitement. Quand il vous fait un cadeau, il n'a de cesse de vous le faire remarquer ainsi qu'à son ou à votre entourage. Il vous aime tellement. Il vous sera très difficile par la suite d'expliquer à ce même entourage quelle est la vraie nature du prédateur et de lui faire comprendre la perversité de la prison dans laquelle il vous a enfermé.


10. Les pervers narcissiques sont très froids émotionnellement, ils ne ressentent rien au niveau du cœur même s'il s'applique à le faire croire, mimant la chaleur humaine, la générosité, en jouant un rôle permanent qui pourrait s'avérer crédible s'il ne surjouait pas. Le PN en fait trop, toujours trop. Il ramène toujours tout à lui. Il fait semblant de vous poser des questions, il n'écoute par les réponses. Il s'en fout. Il ne vous écoute pas. Vous n'existez pas à ses yeux. Seul lui compte. Et s'il mime remarquablement bien de l'empathie à votre égard, il ne fait que jouer un rôle. Les émotions sont uniquement perçues d’un point de vue intellectuel et ne servent qu’à manipuler les cibles. Les PN sont incapables de se mettre à la place de leurs victimes. De fait, ils ne peuvent pas éprouver de remords, d’ailleurs ça ne leur traverse même pas l’esprit. Quand un pervers narcissique dit qu’il aime, c’est pour mieux préparer la suite : la tromperie et la trahison de la victime pour ensuite se nourrir de sa détresse.


11. La prise excessive de risques : le pervers narcissique a un faible contrôle de ses pulsions. Les pervers narcissiques sont totalement inconscients et irresponsables (pas d’un point de vue légal). Ils ruinent leurs victime, clients, amis sans le moindre remords. Ils vous mettront en danger sans sourciller si cela peut lui rapporter à lui.


12. L’arrogance : le PN aime exhiber ses « jouets », à savoir sa femme, ses enfants, ses biens matériels, ses diplômes, ses amis prestigieux, riches, ayant une grande maison, une notoriété, un talent, bref tout ce qui peut lui permettre de se mettre en avant en société. Il ne cherche que l’admiration, l’attention, la flatterie, il en a un besoin compulsif. La seule raison d’exister de toutes les personnes qui l’entourent est le fait qu’elles le mettent en valeur. Quand elles ne remplissent plus leur rôle, elles sont jetées car ce sont des objets remplaçables.


13. Le sadisme : le pervers narcissique dans toute sa splendeur a besoin de la souffrance de sa victime pour expulser la sienne. Il ressent une vraie jouissance à la voir se démener pour faire fonctionner la relation, il adore la voir demander pardon alors que c’est elle qui a été blessée, il exulte de voir ses larmes, sa détresse. Son but ultime et non avoué est de la pousser au suicide ou à l’internement. Cela signerait sa toute-puissance, son droit de vie et de mort psychique sur elle. Les PN sont cruels, sans pitié. Quand ils reviennent après avoir abandonné une de leurs proies, c’est pour le plaisir de susciter son espoir puis de la décevoir de nouveau et ainsi de suite.


14. Les colères soudaines : on peut plus parler de crises de « rage » que de colère. Elles sont totalement disproportionnées et interviennent quand le PN n’a pas sa dose d’attention, de contrôle et/ou de soumission. Ce qu’il recherche, c’est juste de l’attention, qu’elle soit positive ou négative, comme un enfant mal élevé qui fait un caprice. Qu'on ne l'écoute pas, qu'on le remette en cause, qu'on ose émettre une opinion divergente, une interrogation ou une critique sur ses agissements, qu'on lui oppose un refus et il explose. Il ne supporte aucune remise en question. Pour qu'il vous accepte dans son environnement, il faut le flatter, l'admirer, le valoriser ou lui être utile.


15. La séduction permanente : la séduction est l’arme fatale des pervers narcissiques. Ce sont de beaux parleurs et ils sont souvent charmants. Cette séduction n’est jamais à double sens puisque le PN n’est jamais sous le charme de sa victime. Il a un objectif en tête et c’est pour cela qu’il aborde puis séduit et enfin dépouille la cible. Ceci, sans le moindre sentiment, le moindre état d’âme. La victime, elle, est totalement prise dans les filets de cet individu. Elle est comme hypnotisée et ne voit que du feu jusqu’à ce que le masque tombe. Le PN utilise la séduction tout au long de la relation pour empêcher la victime de partir tant qu’il en a besoin. Cette séduction est un venin à distillation lente mais sûre, qui met beaucoup de temps à être éliminé par l’organisme hôte.


16. La paranoïa : à force de berner tout le monde, les pervers narcissiques se constituent un solide réseau de victimes qui peuvent à un moment, vouloir se venger. A cause de cela, les PN sont toujours dans la paranoïa, ils pensent être enviés, jalousés, manipulés, etc. Tout ce qu’ils sont au fond d’eux est projeté sur les autres en négatif.


17. L’usurpation de personnalité : c’est une expression qui me vient pour désigner la plus grande arnaque du pervers narcissique. Il s’accapare les qualités de sa victime, ses succès, tout ce qui fait d’elle une belle personne et lui transfuse de force ses propres défauts. Ainsi, la victime est transformée en marionnette, en personnage de bande dessinée dont le scénariste est le pervers narcissique. Psychiquement, la victime bascule dans une réalité alternative, celle du bourreau, dans laquelle elle est vidée de sa substance identitaire pour devenir un objet modelé par le pervers.


18. Les pervers narcissiques adorent se faire passer pour les gardiens de